homme-tenant-une-bouteille-d-alcool
Prévention des risques routiersVotre auto

Chaque année, conduire en état d’ivresse concerne plus de 25 % des accidents mortels sur la route en France. Des décès peuvent être évités si la limitation légale de l’alcoolémie au volant est respectée. Comment éviter un drame sur la route lorsque nous sommes en état d’ivresse ? Pour éviter un drame et rentrer chez soi en toute sécurité, nous proposons dans un premier temps de découvrir les premiers troubles physiologiques et psychologiques au volant et dans un second temps de suivre quelques conseils pour éviter un accident sur la route.

 

Conduire sous l’emprise de l’alcool

Conduire en état d’ivresse peut provoquer de nombreux troubles physiologiques et psychologiques :

  • La vigilance et la résistance à la fatigue diminuent
  • Le trouble de la vision
  • La prise de risques au volant (vitesse, dépassement)
  • Défaut de coordination et de synchronisation des gestes
  • Risque d’être responsable d’un accident mortel élevé
  • Incapacité à prendre des décisions et de maintenir une bonne conduite au volant
  • La mauvaise synchronisation des gestes
  • Une sensibilisation à l’éblouissement

En cas de consommation d’alcool, quelques conseils pour éviter un accident de la route

  • Au cours d’une soirée, nous consommons de l’alcool. Il est indispensable de s’organiser pour que la nuit ne se termine pas en drame. Si nous consommons et nous avons prévu de conduire, il est essentiel de mesurer le taux d’alcoolémie avec un éthylotest avant de reprendre le volant.
  • Tester notre taux d’alcoolémie en cas de consommation d’alcool et s’il semble difficile de tenir au volant. La limite autorisée dépassée (0 ,2g/l ou 0,5 g/l) il serait judicieux d’attendre que le taux se réduise.
  • Sinon, nous pouvons opter pour des transports en commun, le taxi ou l’hébergement sur place.
  • Enfin, il reste préférable de choisir le conducteur : celui qui conduit est celui qui ne consomme pas d’alcool pour ramener tout le monde en sécurité. Il doit s’engager à ne pas consommer de l’alcool pour conduire les passagers du véhicule chez eux.
  • Retenons un ami qui a bu et qui souhaite prendre le volant. Ne pas le laisser partir et s’assurer qu’une autre personne le conduise. Il est important de rester vigilant et attentif pour éviter un accident grave, voire mortel. S’il persiste, confisquer ses clefs, demander de l’aide, le faire souffler ou lui proposer de dormir sur place pour assurer sa sécurité.

Que dit le code de la route à propos de l’alcool au volant ?

Il est interdit de conduire avec un  taux d’alcool dans le sang supérieur à 0,5 g/l. Les sanctions encourues sont proportionnées au taux d’alcoolémie détecté. En effet, le conducteur peut avoir une amende de 135 euros, un retrait de 6 points sur son permis de conduire, une immobilisation de son véhicule ou une suspension du permis jusqu’à 3 ans. Au-delà de 0,8g/l, 6 points sont retirés sur le permis, suspension du permis jusqu’à 3 ans voire son annulation ; un stage de sensibilisation à la sécurité routière au frais du coupable et un emprisonnement possible jusqu’à 2 ans. Toute personne qui refuse de se soumettre aux dépistages encourt des sanctions similaires.

Les sanctions d’une conduite en état d’ivresse par votre assureur

Les sanctions appliquées suite à une conduite en état d’ivresse concernent toutes les compagnies d’assurance. Le contrat d’assurance Auto sanctionne la prise de risque au volant et l’assuré peut se retrouver déchu de ses différentes garanties selon les articles L.234-1 et R.234-1 du code de la route. Si lors de l’accident le conducteur du véhicule est dans un état alcoolique, le montant de la garantie sera limité au minimum prévu par l’article R.211.7 du Codes des assurances.  Pour vous protéger et protéger les autres, il est préférable de ne pas boire d’alcool avant de prendre le volant !